Archives par catégories : En salle – 2010

 

Réalisateur: Robert Schwemtke

Pays: USA

Durée: 111 minutes

Genre: comédie, action

Acteurs: Bruce Willis, Morgan Freeman, Helen Mirren

 

 

red-affiche.jpgRESUME:

L’heure de la retraite a sonné ! Mais dans certaines professions, la transition peut s’avérer difficile : Franck ne supporte pas l’inactivité, son collègue Joe végète en maison de retraite, Marvin use d’amphétamines et Victoria fait des petits boulots. Pas facile de décrocher quand on a été… agents de la CIA toute sa vie ! Pourtant, quand leur ancien employeur décide d’éliminer pour de bon ces agents un peu trop compromettants, il va découvrir qu’en dépit de leur âge, ce sont encore de redoutables adversaires.

(www.allocine.fr)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MON AVIS:

Red a tout du film d’action qui exagère un peu, même souvent. Et c’est ce qui fait tout son charme. Du casting impressionnant aux effets spéciaux hallucinants en passant par un humour noir et absurde, il a de quoi être vu au second degré avec tout l’amusement que ça peut comporter.

 

red-04.jpg

 

Il faut noter que ce film possède un petit plus par rapport aux autres productions du genre. Certes, il joue surtout sur l’adrénaline, et comme la plupart du temps dans ce type de films, il pèche par excès dans sa dernière partie (quand est-ce que les réalisateurs cesseront de jouer à l’accumulation en fin de film d’action?). Mais le scénariste qui a travaillé dessus aime apparemment Warren Ellis et semble avoir voulu lui rendre hommage, en quelque sorte.

 

red-06.jpg


J’en vois quelques-uns froncer des sourcils, et pourtant je maintiens. Red est tiré d’un comic d’Ellis qui, tout agréable qu’il soit, n’aurait pas permis d’avoir quelque chose de plus long que trente minutes si adapté tel quel. Il fallait donc étoffer l’histoire pour la faire tenir, ce qui a été fait et bien fait.

 

red-03.jpg

 

Et non seulement l’histoire a été correctement étoffée, mais en plus le scénariste y a rajouté quelques éléments qui me semblent être récurrents chez Ellis, en commençant par la figure du politicien charmeur assoiffé de pouvoir et prêt à tous les crimes pour garder son image impeccable, que l’on retrouve clairement dans Transmetropolitan et en filigranes dans Artères souterraines.

 

red-01.jpg

 

Du coup, on se retrouve avec un film d’action bien amusant (je retiendrai la réplique désormais culte pour moi de Marvin qui dit « Je me suis pris plus de balles que de trombones » – si vous voulez connaître son contexte et rire aussi, allez voir le film!) dans la droite lignée des meilleurs Bruce Willis, avec le côté décalé et jouissif des personnages interprétés par l’acteur. Sans oublier quelques bonnes scènes de massacres plutôt hallucinantes et souvent hilarantes, interprétées par des acteurs qui semblent s’amuser (ou font bien illusion), le tout dans une accumulation d’improbabilités qui rend le tout jouissif (voir par exemple la scène dans laquelle on essaie de massacrer Bruce au début). Mais avec en plus une certaine critique non cachée du pouvoir politique (c’est maigre, d’accord, mais c’est déjà ça).

 

red-07.jpg

 

Au final, Red n’est pas un grand film mais il vous fera passer un très bon moment si vous êtes amateurs d’action explosive qui baigne dans un humour noir plutôt second degré.

 

 

* * * (*)

importorigin:http://leslecturesdecachou.over-blog.com/article-red-2010-61814607.html

 

Réalisateur: Stephen Frears

Pays: UK

Durée: 109 minutes

Genre: comédie de mœurs

Acteurs: Gemma Arterton, Roger Allam, Bill Camp

 

 

tamaea-drew.jpgRESUME:

Avec son nez refait, ses jambes interminables, son job dans la presse people, ses aspirations à la célébrité et sa facilité à briser les coeurs, Tamara Drewe est l'Amazone londonienne du XXIe siècle.

Son retour au village où vécut sa mère est un choc pour la petite communauté qui y prospère en paix.

Hommes et femmes, bobos et ruraux, auteur de best-sellers, universitaire frustré, rock star au rancart ou fils du pays, tous sont attirés par Tamara dont la beauté pyromane et les divagations amoureuses éveillent d'obscures passions et vont provoquer un enchaînement de circonstances aussi absurdes que poignantes.

(www.allocine.fr)

 

 

 

 

 

MON AVIS:

J'attendais depuis tellement de temps ce film que je m'en étais fait une idée bien précise: une petite étude cynique des mœurs de la vie à la campagne saupoudrée d'humour pince-sans-rire. Et pour finir, je me suis trouvée devant une comédie aussi drôle que fine, et beaucoup plus joyeuse que je n'aurais cru. Ce fut une très agréable surprise.

 

Tamara-drew-02.jpg

 

Tamara Drewe nous offre une délicieuse peinture de moeurs à la Robert Altman, la linéarité et la (fausse) innocence en plus. L'histoire est piquante (et son "prétexte narratif" – les deux jeunes filles qui s'ennuient et qui commentent la vie du village – original), la mise en scène légère et les personnages aussi amusants qu'attachants.

 

Tamara-drew-04.jpg

 

En fait, je n'ai pas grand chose de plus à dire de Tamara Drewe, si ce n'est que, sous des allures d'histoire sans prétention, nous avons droit à un film maîtrisé et des plus agréables.

 

Tamara-drew-06.jpg

 

Tamara Drewe est donc une comédie des plus charmantes et recommandables. Pour un moment léger et amusant de qualité.

 

 

* * * *

importorigin:http://leslecturesdecachou.over-blog.com/article-tamara-drewe-60912923.html

 

Réalisateur: Rodrigo Cortés

Pays: Espagne

Durée: 95 minutes

Genre: thriller

Acteur: Ryan Reynolds, Robert Paterson, José Luis García Pérez

 

buried-affiche.jpgRESUME:

Ouvrez les yeux. Vous êtes dans un espace clos, sous 1 tonne de terre irakienne avec 90 minutes d’oxygène et pour seule connexion vers l’extérieur un téléphone portable à moitié rechargé. Tel est le destin de Paul, entrepreneur Américain pris en otage et enfermé dans une boîte. Le temps file et chaque seconde qui passe le rapproche d’une morte certaine…

(www.allocine.fr)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MON AVIS:

Je dois avouer que je ne savais pas grand chose de ce film en allant le voir. On avait prévu une séance cinéma/papotage avec une amie et c’était ça ou Paranormal Activity 2. Le lancement de Buried m’avait bien plu, donc ce fut Buried.

 

buried-05.jpg

 

Je vais vous dire ce que je ne savais pas: on reste pendant toute les 95 minutes du film enfermés avec un type dans un cercueil. Oui, on ne le quitte pas le cercueil. Et pourtant, le film marche. Et comment!

 

buried-01.jpg

 

Il faut que je précise que je suis un peu claustrophobe. Les ascenseurs, ça va encore (les plus petits moins), mais il ne faut pas me parler de ces « chambres cercueils » évoquées par Gibson dans Le Neuromancien et qui sont apparemment presque devenues réalité au Japon. Du coup, c’était plutôt mal parti pour moi, et je peux vous dire que les cinq premières minutes du film ont même été plutôt difficiles. Et pourtant, au fur et à mesure de l’avancement de l’histoire, ça a été mieux. Le réalisateur a trouvé le moyen de rendre la situation oppressante et supportable en même temps.

 

buried-02.jpg



Il faut d’ailleurs saluer l’art de la mise en scène de Rodrigo Cortés, qui avait principalement réalisé des courts métrages jusqu’à présent. Il a réussi à rendre son film haletant. Mais encore plus, c’est le scénario qui m’a impressionnée. Ce film n’est pas un simple thriller à la Phone Game. C’est aussi un sacré brûlot politique et économique. Buried dénonce certaines choses dont je n’avais même pas idée (et que je n’évoquerai pas ici pour ne pas vous gâcher la surprise du film).

 

buried-03.jpg

 

Sans oublier Ryan Reynolds, sur qui repose tout le film. Alors qu’il était en bonne voie pour devenir un acteur plébiscité surtout pour ses charmes, il a réussi à trouver un rôle mettant en avant son talent et à nous faire oublier ses abdos, seuls choses que l’on avait pu retenir de sa prestation dans La Proposition.

 

buried-04.jpg

 

Attention, il faut préciser qu’il n’y a absolument aucune action à proprement parler dans ce film. Tout repose sur des dialogues plus ou moins tendus au téléphone et sur les réactions de l’homme enterré vivant. Rien de m’as-tu-vu ou d’épatant visuellement parlant. C’est le huis-clos dans sa définition la plus restrictive. Mais quel huis-clos!

 

buried-07.jpg

 

Au final, Buried est une très bonne surprise, un film audacieux qui allie tension et réflexion. Pas d’évasion ici, mais une histoire solide, prenante et intelligente.

 

 

* * * *

importorigin:http://leslecturesdecachou.over-blog.com/article-buried-60495738.html