Le dossier Alvin : enquête, archives, photographies, Alessandro Mercuri

6

 

art&fiction, coll. RE : PACIFIC

Genre : entre essai, mise en scène artistique et biographie d'un submersible

Infos : 2014 – 172 p. – 22€50 – ISBN : 978-2-940377-78-7

 

 

RESUME :

Né durant la guerre froide, Alvin, de son vrai nom Alvin DSV-2, est un submersible de la U.S. Navy, la marine de guerre des États-Unis. L’engin a effectué près de 5000 plongées sous-marines, au large d’îles mystérieuses et paradisiaques, mer de corail et d’azur, aux plus obscures, infernales et glaciales profondeurs. Certaines de ces missions classées «secret défense» ont modifié le cours de l’histoire de l’humanité et celle des poissons. George W. Bush disait «Je sais que les hommes et les poissons peuvent coexister pacifiquement»: rien n’est moins sûr. Mêlant documents historiques, paranoïa nucléaire et recherche scientifique, Le dossier Alvin est une plongée dans l’univers délirant, tragique, magique et loufoque de la fiction… sous-marine.


Alessandro Mercuri monte Le dossier Alvin en suivant le journal de bord du submersible employé dans le cadre des missions sous-marines secrètes des services de renseignements américains. Maniant le détournement comme les espions manipulent l’information, il compose à partir d'archives déclassifiées, de documents et de photographies un «Wikileak poétique-fictionnel», récit diffracté à l’ère d’Internet où s’entremêlent sans discrimination discours scientifiques et théories complotistes, mythes et mythomanies, créatures réelles et imaginaires, eaux troubles et eau salée.


 

MON AVIS :

Que diable peut se cacher sous cet immense rabat blanc renfermant la présentation du livre en son intérieur ? Un roman ? Un essai ? Un livre d'art ? Les trois à la fois dirai-je, voire un peu plus. Tout commence par le logo de Columbia Pictures. On est sur le point de projeter le Dr Folamour de Stanley Kubrick quand la nouvelle de l'assassinat de Kennedy tombe. La sortie du film est alors reculée. Peu de temps après, la bombe qu'il faudrait que nous apprenions aussi à aimer tombe dans l'eau suite à un accident aérien. C'est là qu'intervient Alvin, le submersible. Après de longue recherches, il permettra de retrouver cette bombe perdue. Ce sera la première de nombreuses missions passionnantes.

 

 

Très sincèrement, si on m'avait présenté Le dossier Alvin comme le simple compte-rendu des missions d'un submersible, jamais je n'aurais eu envie de lire le livre d'Alessandro Mercuri. Ne faut-il pas être passionné par la chose pour apprécier les aventures d'un mini-monstre des mers ? Pas du tout lorsque celles-ci sont présentées comme un réel récit d'investigation rempli de mystères et d'allusions mi-comiques mi-cyniques à une époque perturbante et perturbée, le tout accompagné de photomontages d'images d'archives.

 

 

Il m'est difficile d'expliquer le pourquoi du plaisir que j'ai pu éprouver à lire Le dossier Alvin, si ce n'est en saluant et en mettant en avant le travail effectué par l'auteur et ceux qui l'ont aidé à construire cet ovni littéraire. Le texte concis, ciselé, puissant nous emmène au cœur de mystères marins et de complots politiques, tel une enquête de paranoïaque mâtinée d'innocence émerveillée face à la beauté sauvage de la nature. Étrange mélange que voilà…

 

 

A tout cela, il faut rajouter quelques données scientifiques se retrouvant dans le texte et qui, bizarrement, ne tombent pas comme un cheveu dans la soupe. Elles confèrent un sentiment d'authenticité à une histoire qui aurait peut-être pu nous sembler factice sans cela (j'ai dû aller vérifier qu'Alvin avait bien existé). Mais plus encore que ces données, c'est l'humour du texte qui surprend. En effet, le plaisir procuré par Le dossier Alvin provient en partie du côté décalé de l'ensemble et de petites notes comiques surprenantes, pointant le bout de leur nez là où on ne les attendait pas vraiment, comme cet échange entre scientifiques retranscrit par l'auteur (voir ci-dessus). J'ai particulièrement apprécié la manière dont l'étonnement et le ravissement ont été illustrés par Alessandro Mercuri à l'aide d'une ponctuation quelque peu excessive…

 

 

Il m'a tellement étonnée que Le dossier Alvin sera présent dans la bibliothèque pour laquelle je travaille. Pourtant, je n'arrive pas à savoir à qui exactement je pourrais conseiller ce livre. Peut-être à tout le monde, juste pour le plaisir de rencontrer quelque chose de différent, pour rencontrer l'art de la mise en scène, pour apprécier simplement les délices de la découverte que nous procure le récit d'Alessandro Mercuri. Et moi, je m'en vais éplucher le catalogue d'art&fiction pour voir ce qui pourrait me plaire d'autre chez cet éditeur (si vous avez des suggestions…).

 

 

6 commentaires sur Le dossier Alvin : enquête, archives, photographies, Alessandro Mercuri

  1. Le merveilleux "Fiasco FM" de Flynn Maria Bergmann, dans la collection re: Pacifique d'art&fiction. Une mixtape hallucinée d'un roadie de l'amour impossible. 112 poèmes et tout un univers de cafetières qui débordent, d'accordéons piégés et d'amour qui claque la porte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <img alt="" align="" border="" class="" height="" hspace="" longdesc="" vspace="" src="" style="" width="">

S'abonner sans écrire de commentaire