Le Livre de Poche

Genre : épistolaire

Pourquoi ce livre ? A cause du titre, qui reprend le nom de ma rue préférée de Londres (ma rue préférée au monde en fait).

 

 

RESUME :

Par un beau jour d'octobre 1949, Helene Hanff s'adresse depuis New York à la librairie Marks & Co., sise 84, Charing Cross Road à Londres. Passionnée, maniaque, un peu fauchée, extravagante, Miss Hanff réclame à Frank Doel les livres introuvables qui assouviront son insatiable soif de découvertes. Vingt ans plus tard, ils s'écrivent toujours et la familiarité a laissé place à l'intime, presque à l'amour. Drôle et pleine de charme, cette correspondance est un petit joyau qui rappelle avec une délicatesse infinie toute la place que prennent, dans notre vie, les livres et les librairies. Livre inattendu et jamais traduit, « 84, Charing Cross Road » fait l'objet, depuis les années 1970, d'un véritable culte des deux côtés de l'Atlantique

 


MON AVIS :

Je ne sais par quel pouvoir étrange ce livre, au contenu pourtant anodin, vous prend et vous envoûte. Ces badinages et échanges entre une New-yorkaise qui n’a pas la plume dans sa poche et un libraire londonien au flegme tout britannique (of course) sont délicieux. On ressort transformé de ce livre aussi simple que touchant, avec une seule envie, celle de se rendre dans cette librairie du 84, Charing Cross Road, qui n’existe plus malheureusement.

 

Petit détail étrange: il est facile et difficile à la fois de s’imaginer que les lettres qui se suivent dans ce livre sont réelles. C’est toutefois cette réalité qui offre à 84, Charing Cross Road tout son charme mais également tout son crédit. Et c’est au nom de cette réalité que le lecteur ne se formalise pas de ce qu’il n’aurait jamais accepté d’un roman épistolaire provenant uniquement de l'imaginaire de son auteur. C’est que le pouvoir de ce qui est « vrai », par opposition  au « fantasmé », est très fort, surtout à notre époque.

 

Tout cela pour dire que 84, Charing Cross Road est un petit livre incroyablement sympathique et attachant à conseiller à tous ceux qui aiment qu'on leur parle de livres.

 

LE PETIT PLUS :
Si vous êtes curieux, vous pouvez trouver ici la liste des livres cités dans 84, Charing Cross Road. Attention, allez-y seulement après avoir lu le livre, parce que la fin y est ouvertement et explicitement dévoilée. Site en anglais. 


 

* * * *

importorigin:http://leslecturesdecachou.over-blog.com/article-24200619.html

 

Folio

Genre : fait divers, roman-vérité

Pourquoi ce livre ? Parce que j’avais vu le film Capote et qu’il m’avait tellement plu que j’ai voulu prolonger le plaisir en lisant le livre dont il parlait.

 

 

RESUME :

« Il était midi au cœur du désert de Mojave. Assis sur une valise de paille, Perry jouait de l’harmonica. Dick était debout au bord d’une grande route, la Route 66, les yeux fixés sur le vide immaculé comme si l’intensité de son regard pouvait forcer des automobilistes à se montrer. Il en passait très peu, et nul d’entre eux ne s’arrêtait pour les auto-stoppeurs… Ils attendaient un voyageur solitaire dans une voiture convenable et avec de l’argent dans son porte-billets : un étranger à voler, étrangler et abandonner dans le désert. »

 

 

MON AVIS :

Truman Capote écrit d’une manière efficace. Son style, simple et très journaliste, pique au vif et sait aller au principale. Pas de fioritures inutiles dans ce roman qui tient du documentaire littéraire. On sent en le lisant tout le travail de recherche qu’il y a derrière ainsi que l’excellente maîtrise du sujet par l’auteur et on ne peut qu’en être impressionné.

 

Ce roman glaçant aborde ce qui est au départ un fait divers pour le transformer en une analyse froide, non impliquée (de prime abord) d’un esprit criminel, ou tout du moins des éléments entourant cet esprit. Car Truman Capote n’essaie pas vraiment de percer le mystère des motivations (en tout cas pas de manière explicite), il présente des éléments biographiques, les assemblant de manière à ce qu’on leur donne du sens, mais ne se prononçant jamais réellement lui-même sur le pourquoi du comment.

 

Le tout donne un livre qui vous marquera. Bien qu’il soit écrit sur le ton du documentaire, il vous captivera autant qu’un roman policier. De plus, si De Sang Froid vous plaît, je vous conseille de regarder le très bon Capote, film retraçant la recherche de Capote sur cet évènement.

 

 

RESTONS OBJECTIFS :

Ce roman culte de la littérature américaine aborde de manière analytique un évènement qui pourtant suscite l’effroi et la passion, de manière tellement marquante qu’il a contribué à créer un nouvel style littéraire aux USA, le roman-vérité.

 

 

* * * *

importorigin:http://leslecturesdecachou.over-blog.com/article-23552266.html

 

Actes Sud

Genre: Chroniques, drame, tranche de vie, inclassable

Pourquoi ce livre? Pour une raison triviale: la couverture.
 

 

Elegie.jpgRESUME:

Erik davidsen, psychiatre divorcé, et sa soeur, veuve d'un célèbre écrivain, viennent d'enterrer leur père. En rangeant ses affaires, ils tombent sur ses mémoires. Erik se met à les lire et commence à effectuer parallèlement des recherches sur une lettre parlant d'un mystérieux évènement que son père a promis de taire. Quel est donc ce secret de famille?

 

 

MON AVIS:

J'ai appris que Siri Hustvedt est la femme de Paul Auster. Même si c'est quelque peu injuste d'aborder son écriture de cette manière, je dois bien reconnaître que cela se ressent fortement dans les thèmes qu'elle a décidé d'aborder dans ce livre-ci. Par contre, son écriture est, je dois le concéder, encore plus riche que celle de son mari, que j'admire pourtant. Bien que l'histoire ne m'ait pas attirée outre mesure, je me suis retrouvée plongée dans ce roman en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. A noter que l'ambiance post-9/11 très marquée est finement analysée et n'est nullement un poids.

 

 

RESTONS OBJECTIFS:
Il faut dire que l'influence de Paul Auster sur certains thèmes (le détective improvisé, l'écriture obsessive, etc.) peu se révéler perturbante. J'ai quelque fois eu l'impression d'être dans un de ses livres à lui. Mais le style de la dame est indéniablement élégant sans être lourd, recherché sans être insistant. Elle arrive à s'imposer indépendamment de son illustre mari (je me suis demandée si elle s'est transposée dans le personnage de la soeur veuve d'un célèbre écrivain qui avait aussi participé à un film, vu que cet écrivain semble être le double de Paul Auster). Elle est en tout cas très certainement un auteur à découvrir et à suivre.

 

 

* * * ( * )

importorigin:http://leslecturesdecachou.over-blog.com/article-22557810.html